Stella

Pour vous accompagner dans vos choix numériques

Au bout d’un projet libre : la suite (4 / 4)

Avoir du code qui fonctionne, ce n’est pas la fin. Bien au contraire… Vous voilà plutôt au début de l’aventure.

🌟🌟🌟

Cet article fait partie d’une série de 4 articles enthousiastes sur la création de projets libres :

  1. L’idée
  2. Le plan
  3. Le code
  4. La suite

🌟🌟🌟

D’un outil pour soi à un outil pour d’autres

Le premier commentaire

Au début, nous n’allons pas nous mentir : il n’y aura que vous. Personne d’autre pour utiliser, pour tester, pour donner son avis sur votre création. Ce n’est pas la peine de faire la tête, profitez plutôt de votre tranquillité. Parce que si tout se passe bien, elle ne va pas durer.

Vous allez peut-être parler de votre logiciel à quelques connaissances, des personnes susceptibles d’utiliser votre merveille, ou au moins d’y jeter un coup d’œil. Il risque d’y avoir encore quelques semaines, quelques mois… Mais si vous continuez à utiliser votre logiciel, et à le développer un minimum, arrivera ce qui devait arriver : un commentaire.

Là, tout dépend des outils que vous avez utilisés. Généralement, vous mettrez votre code sur une forge logicielle, avec un minimum de métadonnées : un README, une description, quelques étiquettes… La prise de contact avec le monde extérieur risque d’arriver sous la forme d’un ticket.

Un seul conseil : ne paniquez pas.

La persévérance

Photo de route
Facile : c’est tout droit.

Cette quête est longue et fastidieuse. Vous aurez peut-être quelques personnes qui viendront vous voir au bout de quelques années. Peut-être n’est-ce qu’un début. On ne sait pas à l’avance quels projets fonctionneront… L’important est de durer assez pour que les gens affluent, ou que le logiciel devienne obsolète.

Prenez soin des gens qui viennent. Vous pouvez les bichonner, répondre à leurs attentes (parfois floues, souvent discutables), et les encourager à donner leur avis. Après quelques messages, on peut parfois avoir un effet boule de neige, avec de plus en plus de personnes qui réagissent, qui en amènent d’autres, et encore d’autres, et encore d’autres…

Avec un minimum de réactivité, tout le monde devrait être content, ou au moins éclairé sur vos choix. Cette réactivité est dure à tenir, surtout après plusieurs mois de calme plat, mais c’est votre meilleure alliée pour toucher de nouvelles personnes : quand quelqu’un qui utilise votre logiciel est content, il a beaucoup plus de chances d’amener vers vous d’autres personnes.

Vous courez un marathon. Allez-y doucement, mais avec constance.

Un minimum de communication

Vous allez faire des choses sur votre logiciel. C’est évidemment très dur de communiquer ce qu’il y a dans votre tête, parce que vous passez déjà tellement de temps à développer… Et pourtant, il faut au moins s’assurer d’accueillir convenablement les gens de l’extérieur, leur donner envie de venir vers vous.

Si vous arrivez sur un projet avec juste du code, sans savoir ce que ça fait, sans savoir comment ça s’utilise, sans savoir comment prendre contact avec l’équipe de développement, vous avez peu de chances de vous lancer, beaucoup plus de partir en courant. C’est pareil pour tout le monde, c’est pareil pour votre logiciel.

Le minimum est d’accueillir les arrivants avec quelques mots rassurants : une petite description du but et des fonctionnalités, quelques lignes pour savoir comment utiliser le logiciel, un moyen de vous joindre. Si vous avez le courage, vous pouvez même publier des versions, avec quelques notes présentant les nouveautés.

Et bien sûr, si vous vous sentez l’âme communicante, n’hésitez pas à créer un petit site, de la documentation poussée, du contenu sur les réseaux sociaux… Mais comme pour le reste, assurez-vous de tenir la distance : vous courez un marathon. Rien de plus triste qu’un compte Twitter avec seulement un message d’ouverture de compte, ou un blog avec un seul article qui date d’il y a 5 ans. Mieux vaut faire peu régulièrement que beaucoup d’un coup au début sans plus rien après !

La communauté

La gentillesse, toujours

La chose la plus importante que j’ai réalisée au long de mes gestions de projets est l’incroyable puissance de gentillesse.

Photo d’un bouquet de fleurs
Cadeau :)

Avec le temps, je me suis rendu compte que j’avais beaucoup plus envie de rapporter des bugs et donner mon avis aux équipes de développement les plus gentilles. Et de la même manière, les gens qui contribuaient le plus à mes projets étaient les gens avec qui j’avais de bons rapports.

Ça paraît simple, mais c’est en réalité compliqué.

Être gentil, tout le temps, de manière inconditionnelle, ce n’est pas facile. C’est d’autant plus vrai que la méthode d’échange principale est souvent l’écrit, avec son potentiel manque de chaleur, ses lacunes en communication non-verbale, et les incompréhensions qui vont avec.

Être gentil, c’est être poli, accueillir les gens, passer du temps à essayer de comprendre leurs besoins. C’est expliquer beaucoup de choses dans le détail, à des gens qui n’ont parfois pas du tout le même bagage technique que vous. C’est long, et il arrive parfois que ce soit très frustrant. Et comme tout le reste, c’est difficile à tenir sur la distance.

Mais après, les gens sont contents. Et vous aussi.

Être gentil, ça ne veut pas dire tout accepter. Vous pouvez refuser des fonctionnalités qui ne vous plaisent pas, vous pouvez refuser de passer du temps à aider certaines personnes parce que c’est trop long ou compliqué. Au début, j’ai été très étonné de voir que les gens étaient vraiment reconnaissants lorsque je prenais le temps d’expliquer pourquoi une fonctionnalité de m’intéressait pas, même lorsque du temps avait été passé pour proposer du code.

Être gentil, ça ne veut pas non plus dire tout laisser passer. Avoir un code de conduite aide beaucoup à régler les problèmes amenés par des personnes énervées, vulgaires, insultantes, ou simplement maladroites. On peut dire gentiment qu’un commentaire ne suit pas le code de conduite. On peut expliquer gentiment que le comportement n’est pas acceptable selon les règles mises en place. Et souvent, répondre avec sourire et fermeté à de l’agressivité désamorce rapidement la tension.

La ligne directrice

Personne ne peut être dans votre tête.

Il est facile, lorsque l’on vient vous voir avec une question déjà mille fois posée, de dire que la réponse se trouve dans un ticket ou dans la documentation, d’une phrase lapidaire et cruelle. C’est tentant.

Mais vous pouvez également réfléchir : si mille personnes vous posent mille fois la même question, c’est peut-être que le problème vient de vous.

Mandatory Related XKCD™
Le XKCD obligatoire. C’est quand même pas compliqué, la réponse à cette question est dans la note de bas de page de la préface de la documentation. C’est écrit noir sur blanc avec des lettres, quoi. Des lettres normales, hein, que tout le monde peut lire. Les gens font jamais, jamais d’efforts…

Il est très difficile de faire une bonne documentation, et encore plus difficile de faire un logiciel qui n’a pas besoin de documentation. Mais c’est votre devoir, si vous voulez avoir des utilisatrices et des utilisateurs heureux, d’éviter qu’ils ne se posent des questions, ou du moins qu’ils trouvent rapidement leurs réponses.

La première des documentations est d’expliquer ce que fait votre projet, mais aussi ce qu’il ne fait pas.

Avoir une ligne directrice forte, clivante, c’est une bonne manière d’attirer à vous des personnes réellement intéressées par votre logiciel et par vos idées. Et lorsque cette ligne sera claire et bien comprise, vous aurez tout le plaisir de combler de bonheur celles et ceux qui utiliseront votre projet.

Courir votre marathon nécessitera de faire des choix. Si vous portez trop de choses, vous finirez par vous épuiser, et par frustrer tout le monde autour. Au contraire, si vous commencez avec des objectifs simples et faciles à communiquer, vous irez plus loin, vous attirerez d’autres personnes capables de porter de nouvelles choses avec vous.

Accepter la fin

Comme tout le reste, votre projet mourra un jour. Autant accepter tout de suite cette évidence.

Ce n’est pas grave.

Lorsque vous en aurez marre, quelle que soit la raison, vous pouvez laisser votre projet. Si d’autres personnes le souhaitent, elles pourront s’en occuper à votre place, et l’emmèneront là où elles voudront.

Votre projet, ce n’est pas vous. C’est quelque chose qui peut grandir avec tout ce que vous lui donnerez, et pour lequel vous pouvez avoir un réel attachement sentimental. Mais à un moment, il faudra accepter de le laisser s’envoler avec d’autres, ou de reposer en paix.

L’une des beautés de l’informatique, et du développement de logiciel libre en particulier, est de donner aux gens la possibilité de créer beaucoup de choses avec peu de moyens, et de les partager avec qui voudra. Ce n’est pas parce qu’un projet s’arrête que tout s’arrête, c’est au contraire la possibilité de faire autre chose.

Et si, à la fin, vous vient l’idée que vous avez perdu du temps, rendez-vous à l’évidence : ces innombrables heures consumées en cendres se sont transformées en expérience, en découvertes, en souvenirs…